Le Japon approuve l’auto réglementation du secteur des crypto-monnaies

 

Le principal organisme de réglementation financière du Japon a officiellement octroyé à l’industrie des crypto-monnaies un statut d’auto réglementation en permettant à un organisme du secteur de contrôler les échanges nationaux.

 

La décision de la FSA   

 

L’Agence japonaise des services financiers (FSA) a approuvé aujourd’hui (24 octobre) l’auto réglementation du secteur des crypto-monnaies dans le pays. Sur la base de cette décision, l’Association japonaise d’échange de monnaie virtuelle (JVCEA) peut exercer un contrôle sur les opérations d’échange de monnaie virtuelle dans le pays.

 

La JVCEA (Association japonaise d’échange de devises virtuelles), est un organisme d’auto réglementation composé de 16 exchanges de crypto-monnaies japonais sous licence officielle. L’organisation poursuit un objectif de lutte contre les activités illégales menées dans le secteur conformément à des règles et pratiques strictes auto-imposées. L’idée de JVCEA a émergé à la suite du fameux hold-up des principaux échanges de crypto-monnaie opérant au Japon.

 

Rejoignez la communauté Crypto Analyse

 

Réglementation sur la crypto-monnaie au Japon

 

Les exchanges de crypto-monnaie japonais ont fait face, ces dernières années, à des attaques très médiatisées par rapport aux exchanges de monnaie virtuelle occidentaux. Cela a incité l’organisme de réglementation du pays à mettre en place des règles qui protègent les fonds des clients et sanctionnent les plateformes d’échange en tord.

En janvier, des hackers ont attaqué Coincheck, un exchange japonais, et ont volé 523 millions de dollars en NEM token. Zaif, un exchange basé au Japon, a également perdu 5 996 BTC et d’autres altcoins au profit de crypto hackers.

Avec de telles attaques se produisant à un rythme alarmant, la FSA du Japon n’a pas tardé à renforcer ses règles réglementaires :

« C’est une industrie qui évolue très rapidement. Il est préférable que les experts établissent des règles en temps voulu plutôt que les bureaucrates ne le fassent. “

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *