L’un des décisionnaires de la SEC affirme qu’il n’y a aucune raison d’interdire les ETF Bitcoin

La commissaire de la SEC vient de publier une dissidence officielle de la récente décision de l’agence de rejeter l’ETF Bitcoin. Elle explique pourquoi elle pense que c’est une mauvaise décision.

Rejoignez la communauté Crypto Analyse

La proposition en question était le deuxième ETF Bitcoin déposé par les fondateurs Gemini Cameron et Tyler Winklesvoss à être rejeté par la SEC. Refusé le 26 juillet dernier, cet ETF a tenté de résoudre les problèmes qui ont amené la SEC à rejeter une première tentative en mars 2017.

Dans une nouvelle interview accordée CNBC, la commissaire Hester Peirce dit que l’ETF proposé par les jumeaux Winklesvoss était entièrement conforme et en plein accord avec les règles de la Securities Exchange Act.

« La majorité de la Commission a déclaré que la modification proposée n’était pas conforme à la loi applicable. Dans ce cas, c’est la Securities Exchange Act. Je suis d’avis que le changement dont nous sommes saisis était conforme à la Loi sur les bourses. Nous n’avons aucune raison de ne pas autoriser ce produit à faire des échanges. Donc, je l’aurais approuvé et autorisé, alors que mes collègues pensaient qu’il ne fallait pas l’autoriser…

Plus précisément, dans ce cas, je pense que ce qu’ils ont fait a été de regarder cet ETF à travers l’actif sous-jacent. Dans ce cas, le Bitcoin. Ils ont donc soulevé des préoccupations au sujet du marché pour le Bitcoin, et non pour l’ETF. Je pense qu’en agissant ainsi, ils sont allés au-delà de ce que la loi nous permet de faire. Nous aurions dû nous concentrer uniquement sur le marché où le produit se négocierait plutôt que sur les marchés Bitcoin sous-jacents. Je pense que même si vous décidiez de vous concentrer sur les marchés du Bitcoin, je serais arrivé à une conclusion différente de celle qui a été prise. »

La commissaire Peirce a ajouté que la SEC avait pris sa décision en se basant sur les perceptions de la manipulation des prix du Bitcoin, une préoccupation, selon elle, dont la SEC n’a pas compétence pour délibérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *