La popularité des cryptos en Inde continue de croître malgré une vague de crimes

Il semble que chaque fois qu’une nouvelle technologie émerge, il en va de même pour les bons à rien qui cherchent à exploiter cette technologie pour leur propre profit. Les crypto-monnaies ne font pas exception. L’ascension fulgurante du Bitcoin en décembre dernier a provoqué une série de hacks et d’escroqueries perpétrés dans le monde entier. Récemment, l’Inde a connu sa propre vague de criminalité cryptographique qui ne montre aucun signe de ralentissement.

2018 restera dans les annales. Dans la première moitié de cette année seulement, plus de 2 milliards de dollars ont été perdus à cause des hacks et des escroqueries de cryptos. L’Inde, en particulier, semble connaître une vague de crimes concernant les crypto-monnaies.

Comme dans la plupart des autres régions du monde, l’augmentation de la popularité des cryptos en Inde attire des criminels désireux d’exploiter les investisseurs. Lorsque les crypto-monnaies ont commencé à décoller dans le sous-continent asiatique, les escroqueries se limitaient pour l’essentiel aux phishing et aux logiciels malveillants voleurs de clés. Viennent ensuite les ransonware(s) – des logiciels malveillants qui cryptent ou verrouillent d’une manière ou d’une autre les fichiers importants sur le système d’un utilisateur jusqu’à ce qu’une rançon soit payée – et les mining malware.

Quand les prix ont commencé à monter, les fraudeurs sont devenus plus créatifs. Fausses applications et comptes sur des réseaux sociaux ont commencé à émerger, tout comme les escroqueries par multi-level marketing (MLM) comme BitConnect. Les fraudeurs sans scrupules se sont servis facilement en profitant des nouveaux investisseurs désireux de «s’enrichir» avec une technologie dont ils ont peu ou pas de compréhension.

GainBitcoin, fondée par Amit Bhardwaj en 2013, est la plus célèbre des arnaques en Inde. GainBitcoin a promis aux utilisateurs un rendement mensuel exorbitant de 10% sur leurs investissements et des bonus pour chaque personne amenant un nouvel investisseur. Leur opération malveillante aurait escroqué des milliers d’investisseurs sur un crore estimé à Rs 2.000 – 296 millions de dollars aux taux actuels.

Alors que des pays comme la Suisse, Malte et la Biélorussie ont adopté les cryptos à bras ouverts, l’Inde reste en désaccord avec la technologie. Lors de son discours sur le budget en février 2018, le ministre des Finances, Arun Jaitley, a clairement exprimé clairement la position du gouvernement à l’égard des crypto-monnaies:

Le gouvernement ne reconnaît pas les crypto-monnaies comme monnaie légale ni pièce de monnaie et prendra toutes les mesures pour éliminer l’utilisation de ces cryptoassets dans le financement d’activités illégitimes ou dans le cadre de système de paiement.

En avril 2018, la RBI (Reserve Bank of India) a interdit à toutes les banques et autres entités réglementées par la RBI de “[traiter] ou de [fournir] des services à toute personne ou entité commerciale traitant de ou commençant à traiter avec [des monnaies virtuelles]. »Dans la foulée de l’interdiction, certaines plateformes d’échanges de crypto-monnaies se sont complètement arrêtées alors que d’autres envisageaient de délocaliser leurs opérations vers des climats plus favorables.

Si la RBI pense que l’interdiction va étouffer l’intérêt pour la crypto-monnaie dans le pays, ils seront déçus. Malgré l’interdiction, l’Inde représente encore environ 10% du marché du Bitcoin et 6% du marché total des crypto-monnaies. Ironiquement, le volume des échanges a augmenté après l’annonce de la RBI. Certaines personnes attribuent l’augmentation aux investisseurs qui se bousculent pour profiter de la période de grâce de trois mois avant que l’interdiction entre en vigueur alors que d’autres attribuent la ténacité des plusieurs millions d’investisseurs en cryptos du pays.

Plusieurs plateformes d’échanges et un certain nombre de personnes agissant en leur propre nom contestent l’interdiction, arguant qu’elle est inconstitutionnelle. Anirudh Rastogi, un associé de TRA, un cabinet d’avocats qui représente plusieurs plateformes d’échanges de cryptos locaux, a déclaré:

On en arrive à cet ordre général qui peut être contesté sur plusieurs points. Il y a le droit au commerce, et il ne peut être restreint en termes absolus. Seules des restrictions raisonnables peuvent être imposées et appliquées, mais une interdiction complète aussi restrictive que cela était inutile.

Depuis l’annonce de la RBI, de nombreuses plateformes indiennes ont demandé au gouvernement de trouver un compromis – une réglementation et une transparence accrues – plutôt qu’une interdiction pure et dure des crypto-monnaies. Rastogi a clarifié:

Une interdiction est contre-productive, par conséquent, nous avons suggéré qu’il devrait y avoir des règlements appropriés qui peuvent répondre aux préoccupations du gouvernement ou de la banque centrale.

Traduit librement depuis bitcoinist.com


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *