La première conférence sur le Minage Bitcoin traite du coût de l'énergie

Le bitcoin utilise autant d’électricité que l’Irlande, et d’ici la fin de l’année 2018, le réseau Bitcoin utilisera autant d’énergie que l’Autriche, selon un nouveau rapport d’Alex de Vries de l’« Experience Center of PwC » aux Pays-Bas. Présenté comme la première étude sérieuse sur l’utilisation de l’énergie dans le minage, le rapport a déclenché l’alarme, ajoutant aux préoccupations actuelles concernant l’impact de la future consommation d’énergie minière sur des questions environnementales comme le changement climatique.

Lors de la toute première conférence sur le minage de cryptomonnaies, qui s’est tenue le 17 mai 2018 à New York, un groupe d’experts a analysé les implications de la croissance rapide de la consommation d’énergie parmi les mineurs du monde entier.

Amber D. Scott, PDG d’ Outlier Solutions, a réuni un panel d’experts qui ont parlé de la question de l’énergie dans le cadre d’une discussion qui avait pour thème : la preuve de travail (PoW).

Scott a déclaré que la conférence a fait naître beaucoup de discussions au sujet du nouveau rapport sur l’énergie, en raison de l’attention qu’il reçoit actuellement dans la presse.

« C’est un domaine où il y a une quantité spectaculaire de FUD (peur, incertitude et doute) », a-t-elle noté. « C’est en partie parce que c’est une question délicate qui ne peut pas être résumée dans de simples déclarations sur la consommation d’énergie. »

« Je pense qu’une partie de la raison pour laquelle Bitcoin a été une cible à cet égard est qu’il y a des calculs relativement simples en termes de consommation d’énergie en conjonction avec sa valeur sous-jacente qui n’est pas bien comprise. Par exemple, peu de gens remettent en question les coûts d’une banque ou d’un guichet automatique, et la consommation d’énergie ne peut pas être calculée de manière directe », a-t-elle ajouté.

Scott Howard, PDG et co-fondateur de ePIC Blockchain Technologies, basé à Toronto, a déclaré à la conférence ce que beaucoup disaient déjà : le problème de la consommation d’énergie est « faux » et a été simplifié à l’excès pour les adversaires de Bitcoin.

Coûts élevés de l’énergie et de l’environnement du Fiat traditionnel et des banques

Les banques traditionnelles et la création des monnaies fiat ont leurs propres coûts énergétiques élevés, ont notés un certain nombre de spécialistes, dont Alex Petrov, PDG de Bitfury ; Jan Čapek, PDG de Slush Pool ; Samson Mow, PDG de Blockstream ; et Scott Howard.

Ils ont parlé des coûts d’infrastructure élevés, en termes d’énergie et d’environnement, associés aux systèmes bancaires traditionnels, y compris les guichets automatiques, la sécurité et les serveurs.

« Il y a 3,6 millions de guichets automatiques déployés aux États-Unis. Chacun d’eux utilise de 7 à 800 watts en mode veille », a déclaré Petrov. « Cela génère à lui seul d’énormes quantités d’électricité, légèrement plus élevées que le réseau Bitcoin.

“Si vous ajoutez… des systèmes bancaires internes, des communications avec d’autres banques, une protection supplémentaire… vous obtenez des coûts largement plus élevés que le coût de Bitcoin”, at-il ajouté. “L’extraction de l’or consomme également énormément d’énergie et il s’agit d’un des processus les plus toxiques qui soient”.

Howard a parlé de l’utilisation de sites industriels abandonnés pour l’exploitation minière de Bitcoin, comme les usines de papiers qui avaient été fermées en raison de la raréfaction des ressources forestières et des préoccupations croissantes concernant la consommation d’énergie et la pollution par les déchets toxiques.

“Beaucoup de fermes de minage sont installées dans d’anciens sites industriels avec un transformateur de 100 mégawatts à côté d’eux”, a-t-il dit.

À titre d’exemple, lors de la séance de questions-réponses, un participant a parlé de son exploitation minière en Colombie-Britannique dans un site de fabrication partiellement abandonné où l’eau est pompée dans sa mine pour être refroidie puis recyclée dans une pisciculture d’eau chaude.

L’industrie minière ne crée pas une nouvelle infrastructure hydroélectrique : l’électricité est produite même si elle n’est pas utilisée

Après la discussion, Howard a répété ce que d’autres experts avaient dit : que les grands projets énergétiques comme les barrages hydroélectriques produisent de l’électricité, qu’ils soient utilisés ou non.

“À ma connaissance, personne n’a construit de nouvelles infrastructures de production d’électricité pour alimenter une ferme de minage. Les centrales électriques sont des infrastructures majeures qui mettent des années à se mettre en place et qui ont une dizaine d’années pour être rentables. La plus grande partie de la production d’électricité est réalisée, certainement dans le monde occidental, par des services publics et/ou réglementés. Ces stations fonctionnent 24/7, 365 jours par an pendant des décennies. L’énergie est produite quoiqu’il arrive et, jusqu’à ce que nous trouvions le moyen de la stocker, elle est une denrée périssable qu’il faut utiliser ou accepter de perdre.

‘L’extraction de crypto en profite pleinement, en achetant généralement de l’énergie à des prix très bas. Les prix sont bas, car l’énergie ne peut pas trouver une utilisation plus productive, prenant souvent le contrôle de sites industriels abandonnés loin des centres urbains », a-t-il ajouté.

Čapek a déclaré à la conférence que ‘la Chine a trop investi dans l’énergie hydroélectrique et qu’elle utilise de grandes quantités d’électricité’ en raison de la construction de barrages hydroélectriques, en prévision de besoins industriels (principalement la fabrication d’aluminium) qui ne se sont jamais concrétisés.

‘L’hydroélectricité bon marché a aidé la Chine à dominer l’activité minière Bitcoin dans le monde, et cette puissance serait générée avec ou sans l’extraction minière Bitcoin’, a déclaré Čapek, qui a recommandé une étude sur les coûts énergétiques de l’exploitation minière en Chine. M. Čapek a déclaré qu’une estimation approximative de la consommation énergétique mondiale de Bitcoin est de 25 TW/h par an, soit seulement une fraction de la quantité d’énergie utilisée dans la fabrication de l’aluminium dans le monde.

PoW vs PoS

Les experts ont majoritairement convenu que la preuve de travail (PoW) est nécessaire pour la sécurité réelle et que la preuve d’enjeu (PoS) n’est pas susceptible de se produire bientôt. Ils ont noté que le PoS ne donnerait pas au réseau Bitcoin la sécurité dont il a besoin, même s’il est plus économe en énergie.

‘Plus vous dépensez d’énergie, plus vous avez de sécurité’, a noté Mow. ‘Le système doit être nucléaire.’

Petrov a défendu la possibilité d’un modèle hybride de PoW et de PoS, affirmant que ‘la preuve d’enjeu peut fonctionner à des fins spécifiques, pas nécessairement dans le domaine financier, mais dans des blockchains privés’.

Mow a répondu que l’utilisation de PoS et de PoW ‘fait ressortir le pire des deux mondes’, tandis que Howard a noté que Dash utilise un modèle hybride avec un certain succès, bien que son utilisation soit très coûteuse.

Howard a conclu : ‘Le minage de Bitcoin est une activité économique positive, il génère des revenus significatifs pour les services publics qui sont des employeurs importants et généralement des centres de profit pour les gouvernements. L’argument du ‘gaspillage d’énergie’, comme la plupart des arguments d’établissement contre les blockchains, ne passe pas le test de la science.’


Pour monter votre RIG de minage par GPU, vous pouvez suivre nos tutoriels et me poser vos questions par mail à l’adresse suivante : mining@crypto-analyse.org. Je réponds à tout le monde aussi précisément que possible, il faut juste parfois être patient, car je traite les messages par ordre d’arrivée.

Pour être tenu informé des news et autres sujets concernant le mining, vous pouvez nous rejoindre sur Telegram :

Librement traduit de bitcoinmagazine.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *