Parity contraint de fermer sa plateforme PICOPS

Parity, le fournisseur de portefeuille et de Blockchain, ferme sa plateforme PICOPS à compter du 24 mai 2018, en raison des complications découlant des nouvelles lignes directrices du GDPR de l’UE. La société a annoncé la décision dans un article publié sur son site le 18 mai.

La loi générale sur la protection des données (GDPR) de l’UE pose des problèmes pour les Blockchains et les crypto-monnaies. Une partie du principe fondamental de la Blockchain est l’immutabilité des données qui y sont stockées. Le droit à la suppression des privilège de données met certainement des bâtons dans les roues. LocalBitcoins a déjà désactivé plusieurs comptes en raison de complications liées au GDPR.

PICOPS est la dernière victime de la réglementation européenne. PICOPS était une plate-forme importante pour de nombreuses ICO basés sur l’Ethereum. Le service a permis une conformité KYC et AML facile pour les ICO en validant le propriétaire d’une adresse Ethereum. Malheureusement, le service ne peut plus continuer en raison d’interprétations spécifiques des lois sur les données personnelles dans le cadre du GDPR. Commentant sur la décision de cesser le service, suit une déclaration sur le site Web de la société :

“Nous cherchons des moyens de résoudre l’incertitude et de rendre PICOPS conforme au GDPR tout en le gardant utile. Cependant, dans l’état actuel des choses, les solutions que nous avons identifiées limitent le service à un ensemble très limité de fonctionnalités. Pour cette raison, les ressources importantes nécessaires pour rendre PICOPS conforme au GDPR, et le fait que PICOPS ne fait pas partie de notre pile technologique de base, nous avons décidé de cesser le service malgré les besoins et la demande du marché écrasante.”

Le cofondateur de l’Ethereum, Vitalik Buterin, a commenté les nouvelles, qualifiant cela de triste développement. Après tout, PICOPS a facilité de nombreuses ICO dans l’écosystème de l’Ethereum.

À la suite de la décision de mettre fin a PICOPS, Parity s’intéresse activement aux règlements de la chaîne de blocs. Jutta Steiner, la PDG de Parity a déjà critiqué le GDPR, en disant qu’il avait besoin d’un examen approprié. Elle a également ajouté:

“Du point de vue d’un praticien, il me semble qu’il a été rédigé en essayant de mettre en œuvre une certaine perspective de la façon dont le monde devrait être sans tenir compte du fonctionnement de la technologie.”
 
“Le fonctionnement de l’architecture [réseau public décentralisé] signifie que la suppression des données personnelles n’existe pas. Le problème avec l’information, c’est qu’une fois partie, c’est fini.”
 
“Compte tenu de l’état de la technologie, je pense qu’il est temps d’ajuster certaines choses dans le GDPR. Je ne peux pas voir les régulateurs être si têtus concernant l’ajustement de la régulation. Ils verront simplement que les autres pays utiliseront la technologie et que l’Europe sera désavantagée.”

La société a également déclaré son engagement à travailler avec les régulateurs pour s’assurer que leurs lois ne freinent pas la croissance de l’industrie. Parity traverse actuellement une période difficile avec sa bibliothèque multisig deux fois piratée en 2017. Plus de 300 millions de dollars d’Ether ont été volés pendant le piratage. La communauté de l’Ethereum a récemment voté contre un plan de remboursement de l’Ether volé.

Traduit librement depuis bitcoinist.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *