Coincheck confirme la suppression de 4 Altcoins de leur plateforme

Coincheck, la plateforme d’échange de cryptos japonaise récemment piratée, cessera de négocier quatre crypto-monnaies axées sur la confidentialité: le Monero (XMR), le Zcash (ZEC), le Dash (DASH) et l’Augur (REP).

Suite à des rapports datant de mars, la plateforme a officiellement confirmé la suppression des quatre pièces axées sur l’anonymat et cela entrera en vigueur dès le 18 juin. Selon le blog de Coincheck, il supprimera les quatre crypto-monnaies pour se conformer au financement antiterroriste (CFT) ) et les mesures anti-blanchiment d’argent (AML) récemment publiées par l’autorité de régulation financière du Japon, la Financial Services Agency (FSA).

La FSA a été particulièrement active dans la régulation des échanges cryptos nationaux, en particulier autour de la protection des clients, depuis que Coincheck a perdu 532 millions de dollars en NEM dans un hack majeur en Janvier de cette année.

Dans le cadre de ses efforts, la FSA a déclaré que les bourses locales officiellement enregistrées seront confrontées à des restrictions sur le commerce des altcoins axés sur la vie privée, car elles sont plus difficiles à retracer que les crypto-monnaies comme le Bitcoin (BTC).

Comme le dit la déclaration officielle de la bourse de vendredi, les cryptomonnaies ciblées seront vendues au prix du marché et converties en yens japonais.

Plus tôt cette semaine, Monex Inc, la société qui a récemment racheté Coincheck, a révélé son intention d’étendre l’échange aux États-Unis, affirmant que les États-Unis et l’Europe sont plus avancés que le Japon en termes de clarté réglementaire et d’attraction des investisseurs institutionnels.

Traduit librement depuis cointelegraph.com

A lire aussi : Coincheck souhaite s’introduire sur le marché américain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *