Le plagiat, le vol d'identité et les fausses promesses toujours aussi présente dans le monde des cryptos

Une analyse du Wall Street Journal sur 1 450 offres de crypto-monnaies a dévoilé un plagiat incontrôlé, un vol d’identité fulgurant et de fausses promesses de gains financiers impossibles.
Bien que cela ne surprenne pas ceux qui connaissent le mieux l’espace des crypto-monnaies, une revue du Wall Street Journal de 1 450 documents pour des offres de pièces numériques a dévoilé 271 indicateurs de tactiques frauduleuses – y compris des documents d’investisseurs plagiés, des promesses de rendements garantis et des équipes exécutives manquantes ou fausses. ”
Les investisseurs auraient dépensé plus de 1 milliard de dollars dans les projets marqués, avec 273 millions de dollars déjà réclamés en tant que pertes.
Le plagiat est l’un des signes les plus fréquents d’activité frauduleuse dans l’espace des cryptomonnaies. Le Wall Street Journal explique:

“Sur les 1 450 livres blancs téléchargés de trois sites Web populaires qui suivent les offres de pièces de monnaie, le Journal a trouvé 111 qui ont répété des sections entières mot à mot d’autres livres blancs. Le langage copié comprenait des descriptions de plans marketing, des problèmes de sécurité et même des caractéristiques techniques distinctes telles que la façon dont les autres programmeurs peuvent interagir avec leur base de données.”

UTrust, basé en Suisse, a fait plagier son livre blanc à de nombreuses reprises – quelque chose que le PDG Nuno Correia connaît déjà. “Nous recevons beaucoup de copies de notre livre blanc”, a déclaré M. Correia au Wall Street Journal. “Ma photo, ma description, mon équipe, même notre site web a été copié.”

Même des projets très médiatisés comme TRON (TRX), la 10ème crypto-monnaie par capitalisation boursière, ont été accusés de plagiat par beaucoup dans l’espace de la Blockchain, y compris le fondateur de l’Ethereum, Vitalik Buterin.
 


Le Wall Street Journal a également constaté que “au moins 121 des projets ne révélaient pas le nom d’un seul employé et plusieurs d’entre eux énuméraient des membres de l’équipe qui ne semblaient pas exister […] ou de vraies personnes qui disaient que leur identité étaient utilisés à leur insu. ”
Les entreprises qui promettent des rendements irréalistes – tels que les paiements hebdomadaires ou les rendements doublés – sans aucun risque sont également monnaie courante dans l’espace des crypto-monnaies, malgré que ces pratiques soient interdites par la US Securities and Exchange Commission.
Tous ces drapeaux rouges devraient être de sérieux signes avant-coureurs pour les investisseurs, a déclaré Bradley Bennett, ancien responsable de l’application de la loi à la Financial Industry Regulatory Authority, au Wall Street Journal. Bennett a expliqué:

“Il y aura des acteurs légitimes qui en émergeront, mais ça va être une poignée – une grande partie ressemble à de la fraude penny-stock avec des barrières plus basses pour rentrer.”

Traduit librement depuis bitcoinist.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *