Les fédéraux souhaitent une réglementation concernant l'anonymat des cryptos

Les autorités fédérales envisagent la possibilité d’une réglementation qui éroderait essentiellement l’un des aspects les plus populaires des crypto-monnaies – son anonymat.

Au cours d’une table ronde, trois représentants du gouvernement des États-Unis ont exprimé leur opinion sur la possibilité de règlements futurs qui pourraient sérieusement affecter la façon dont le Bitcoin, ainsi que d’autres crypto-monnaies, sont perçus et exploités.

Faisant allusion au fait que le gouvernement envisage une atteinte réglementaire à l’anonymat offert par certaines monnaies virtuelles, Sujit Raman, sous-procureur général adjoint au ministère de la Justice, a déclaré:

“L’une de nos préoccupations majeures est que nous ne savons pas qui a accès à ces monnaies virtuelles et qui les utilise. […] Les inquiétudes concernant les crypto-actifs qui financent le terrorisme et le blanchiment d’argent alimentent les efforts de la Justice pour obtenir des plateformes de négociation et d’autres pour collecter des informations sur les acheteurs et les vendeurs de devises.”

Rien ne semble faire mousser autant le gouvernement que parler d’anonymat et d’activité illicite possible.

En ce qui concerne le chiffrement utilisé pour des choses illégales, nous avons déjà entendu cela plusieurs fois. Malgré le fait qu’il n’y a pas de données probantes indiquant que des crypto-monnaies soient utilisées pour des activités illicites, les responsables semblent vouloir insister sur le même mérite. James McDonald, le chef de l’application à la CFTC, a déclaré:

“Les participants veulent savoir qui est de l’autre côté de la transaction, […] Ils veulent savoir que les autres entités vont jouer selon les mêmes règles.”

Il semble que le seul ayant besoin de cela soit le gouvernement lui-même. Encore une fois, la recherche gouvernementale internationale est clairement sans ambiguïté dans le sentiment que les cryptos ne pose pas de risques associés à son utilisation pour des activités illicites.

Un récent rapport de Hong Kong sur le crime organisé a indiqué que les crypto-monnaies ne constituent pas une menace. Le mois dernier, une étude québécoise a montré que les cryptos représente une très petite partie de l’argent criminel dans le monde parce que «elle est moins attrayante pour quiconque désirant faire des transactions sans laisser de trace». Ce dernier est un coup direct sur la prémisse par des fonctionnaires du gouvernement fédéral américain. Plus loin, face à la peur du blanchiment d’argent et du financement du terrorisme, un rapport publié en 2017 par la National Crime Agency du Royaume-Uni indique que «le risque d’utilisation de monnaie numérique pour le blanchiment d’argent est relativement faible».

Le chef de la nouvelle unité informatique de la Securities and Exchange Commission (SEC), Robert Cohen, a abordé un sujet sensible concernant les ICO. Ils ont été un sujet brûlant pendant un certain temps maintenant, car ils sont apparus comme une alternative et une manière apparemment sans tracas de recueillir de grandes quantités d’argent. Par conséquent, il est tout à fait normal que les personnes impliquées soient très heureuses de les voir glisser sous le radar réglementaire.

Cependant, Cohen était tout à fait définitif dans la position de la SEC, qui les considère comme des valeurs mobilières, en disant:

“Si une personne recueille de l’argent pour une entreprise, ou une idée entrepreneuriale, et que les gens donnent de l’argent à cette personne dans l’espoir que, s’ils réussissent, ils vont tirer profit des efforts des autres, c’est une sécurité. Cela mobilise des capitaux pour une entreprise.”

Au cours du panel, les représentants des trois organismes de réglementation ont poursuivi en disant qu’ils travaillaient sur des règlements qui feraient la lumière sur certaines des questions les plus ambiguës du domaine de la cryptographie.

Traduit librement depuis bitcoinist.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *