Une Startup met des diplômes académiques sur la Blockchain

Learning Machine, la start-up de blockchain qui a co-développé un système pour mettre des diplômes numériques sur la blockchain avec le Massachusetts Institute of Technology, a recueilli 3 millions de dollars.

Le cycle de financement initial a été mené par PTB Ventures avec une participation supplémentaire d’Omidyar Network et de Learn Capital. Le financement vient plusieurs mois après que le MIT ait dévoilé qu’il s’était associé à Learning Machine sur l’initiative de diplôme numérique, qui est basée sur la norme Open Source Blockcerts.

L’automne dernier, d’autres institutions et organisations académiques ont lancé leurs propres projets pilotes basés sur Blockcerts, y compris l’Université de Melbourne et le gouvernement maltais. Cet outil logiciel, selon Natalie Smolenski, vice-présidente du développement commercial de Learning Machine, peut être utilisé pour relier les certifications académiques à différentes blockchain – y compris le Bitcoin et l’Ethereum – dans le but d’éliminer la falsification des diplômes.

Le lancement espère permettre aux clients d’utiliser n’importe quelle blockchain de leurs choix, dit-elle, notant que certains clients pourraient préférer une chaîne publique par rapport à une chaîne privée.

“En ce moment, je pense que parce que la technologie de la blockchain est relativement nouvelle, il y a beaucoup d’émotions fortes selon lesquelles la blockchain est meilleure qu’une autre etc’est la blockchain qui a engendré ces loyautés féroces”, a-t-elle déclaré.

“Nous ne voulons pas choisir les gagnants avec la blockchain. Nous recommandons généralement aux utilisateurs de choisir des blockchains avec un dossier prouvé, mais finalement vous ne voulez pas influencer les clients par rapport à quelle blockchain ils devraient utiliser.S’ils ont des sentiments forts à propos de l’Ethereum, ils devraient utiliser l’Ethereum, s’ils ont des sentiments forts sur le Bitcoin, ils devraient utiliser le Bitcoin, s’ils ont des sentiments forts sur une blockchain privée, ils devraient utiliser une blockchain privée. “

Smolenski a continué à prédire que les établissements d’enseignement vont augmenter leur utilisation de la technologie – ajoutant qu’elle espère qu’ils vont apprendre à exploiter des projets open-source.

“C’est l’avenir”, a-t-elle confié à CoinDesk. «D’ici à 2020, la plupart des institutions utiliseront des chaînes de blocs d’une manière ou d’une autre et la question à laquelle nous devons répondre est: les solutions seront-elles ouvertes ou seront-elles exclusives?

Traduit librement depuis Coindesk.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *