Big Bitcoin Heist, le suspect exprime des regrets

Sindri Thor Stefansson, un homme de 31 ans qui s’est évadé de prison en Islande et a été arrêté de nouveau il y a deux semaines aux Pays-Bas, a exprimé son regret à propos de sa décision de fuir le pays, où il était soupçonné d’un crime; le Big Bitcoin Heist.

Stefansson a parlé de son ressenti au sujet du jailbreak lors d’une interview avec le New York Times.

Il a dit qu’il en était venu à regretter son geste après s’être échappé de prison et avoir vu sa photo “recherché”, et – après avoir été extradé en Islande vendredi – Stefansson a également dit qu’il était heureux de retourner dans une prison plus sûre et plus confortable.

Stefansson est l’un des principaux suspects dans un cambriolage récent de 600 ordinateurs valant des millions de dollars et utilisés pour l’extraction de Bitcoin et d’Altcoins. La police en Islande ne sait toujours pas où se trouvent les quelques 2 millions de dollars d’ordinateurs de minage de Bitcoin.

Stefansson, qui a d’abord été arrêté en février pour son rôle dans le hold-up, a déclaré au New York Times qu’il était déçu de lui-même pour avoir fait souffrir sa famille, au point qu’il ne pouvait plus s’alimenter.

Le vol indique que la sécurité est insuffisante dans certaines opérations minières de Bitcoin en Islande. L’évasion, apparemment facile, de Stefansson de prison reflète le manque de sécurité dans le système pénal du pays.

Stefansson s’est échappé de Sogn, une prison ouverte où les détenus vivent dans leur propre chambre avec une télévision à écran plat et peuvent parler sur leur propre téléphone portable. Les prisonniers gagnent l’équivalent de 4 $ l’heure pour cuisiner, nettoyer et entretenir un poulailler.

La route d’entrée à la prison est bloquée par le genre de portail utilisé par les garages payants à l’heure. La propriété, qui a un terrain de football, est entourée d’une clôture de quelques mètres de haut.

Avant de sauter sur la clôture de la prison, Stefansson a commencé à chercher des vols internationaux sur son téléphone portable. Après avoir réservé un sous un nom d’emprunt, il ouvrit sa fenêtre et partit. Il a marché un kilomètre jusqu’à la route qui entoure l’île, puis a fait de l’auto-stop sur 59 milles jusqu’à Keflavik, une ville près de l’aéroport, d’où il a appelé un taxi. La police, pour sa part, affirme qu’un complice l’a conduit.

De Stockholm, il a pris un train, un taxi et un ferry pour l’Allemagne via le Danemark, où il a rencontré des gens qui l’ont conduit à Amsterdam. À son insu, cependant, les piétons avec une photo de lui prise par téléphone portable ont contacté les autorités locales. Il a été assez vite appréhendé.

Les autorités islandaises ont peu parlé des preuves établissant un lien entre Stefansson et le vol d’ordinateur, qui comprenait trois vols distincts au cours de quelques semaines, à compter du 5 décembre.

Le locataire de l’un des bâtiments en Islande qui a été volé a offert 60 000 $ à toute personne qui mènerait les détectives à la propriété volée. La société n’a pas été identifiée publiquement.

La police a tenter de rechercher les machines en étudiant le réseau électrique, en regardant les surtensions en cours d’utilisation. Olafur Kjartansson, l’enquêteur de police principal, a déclaré que la recherche a été infructueuse, en dépit de nombreux conseils.

Kjartansson croit que les auteurs ont travaillé avec un syndicat du crime organisé à l’étranger, même si le dossier de Stefansson n’indique pas de tels liens. Son larcin le plus important volait 2 000 $ aux machines à sous dans un bar de Reykjavik, en plus de posséder des drogues et de conduire sous influence.

Stefansson a déclaré dans l’interview qu’il avait été sobre pendant plus de sept ans et qu’il avait créer des applications et des sites Web pour vivre. Quand il a été arrêté pour le vol de bitcoin, il a dit qu’il se préparait à déménager en Espagne avec sa femme et ses trois enfants.

La légalité de l’emprisonnement de Stefansson reste discutable puisqu’il n’était techniquement pas en état d’arrestation au moment de son évasion puisque l’ordre d’un juge de le maintenir en détention avait expiré. La police l’avait persuadé de signer un document acceptant de rester volontairement en prison avant l’audience concernant son emprisonnement.

Il ne peut pas être accusé d’avoir échappé à la prison car ce n’est pas un crime en Islande.

Stefansson a déclaré qu’il voulait retourner dans la prison “hôtel” d’Islande, car à la prison d’Amsterdam, il prétend qu’il était sous-alimenté et qu’il devait se méfier de ses codétenus.

Traduit librement depuis CCN.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *