Les banquiers et les ministres des Finances se rencontreront au Crypto G20 de Buenos Aires

Le monde doit descendre lundi à Buenos Aires où 29 ministres des finances, 20 gouverneurs de banques centrales et 10 chefs d’organisations internationales se rencontreront.

À l’ordre du jour se trouvent les crypto-monnaies, ou comme certains banquiers ont maintenant commencé à les appeler, crypto-actifs. L’ordre du jour dit :

La technologie derrière les actifs cryptographiques a le potentiel de promouvoir l’inclusion financière. Cependant, il est important d’analyser ses implications pour la stabilité financière, l’évasion fiscale et le financement des activités illégales.

La question est un élément important de l’ordre du jour de la réunion; les délégués envisageront une réponse commune qui atténuerait les risques sans décourager l’innovation.

L’accent semble être mis sur les exigences de lutte contre le blanchiment d’argent et de connaissance des clients (KYC), qui sont généralement appliquées par la plupart des Exchanges.

“Les discussions porteront sur les mesures de lutte contre le blanchiment d’argent et la protection des consommateurs, plutôt que sur la façon dont le trading de crypto-monnaie pourrait affecter le système bancaire”, a déclaré un responsable à CNBC avant d’ajouter :

Le sentiment général parmi les membres du G20 est que l’application de réglementations trop strictes ne sera pas bonne.

Les attentes d’un consensus semblent faibles compte tenu des approches variées adoptées par différentes juridictions, mais elles devraient être en mesure de se mettre d’accord.

La concurrence dans ce domaine a dans une certaine mesure considérablement augmenté les normes, mais les régulateurs ont été beaucoup trop lents pour autoriser de nouveaux entrants.

“Toute discussion au sein du G20 la semaine prochaine sera susceptible d’être tournée vers l’avenir, discutant des avantages et des inconvénients de la réglementation, mais n’attendez pas d’action concrète” a déclaré Benoit Coeure président du comité BIS des paiements dans l’infrastructure du marché.

Coeure a apparemment mis en garde les Banques Centrales contre l’émission de devises numériques au public, ce qui empêcherait les banques commerciales d’imprimer de l’argent.

Cette question n’est toutefois pas du ressort du G20, mais du peuple suisse, qui doit organiser un référendum le 10 juin pour déterminer s’il doit se passer de l’argent dette.

Apparemment, le ministre des Finances du Japon pourrait ne pas être présent au crypto G20. Il est embourbé dans un scandale de corruption concernant la modification du registre de vente de terres appartenant à l’État.

Un scandale très opportun qui pourrait à lui seul montrer les avantages de la technologie blockchain, où vous ne pouvez pas modifier les données.

Ce qui sortira de cette réunion reste à voir, mais les baby-boomers qui rempliront la salle feraient bien d’écouter leurs enfant et petits enfants epour adopter une approche non nuisante.

Comme nous le voyons, scandale après le scandale, et une mauvaise gestion de l’argent, ils ont besoin de beaucoup plus de responsabilité et de légitimité. Et la technologie blockchain peut fournir les deux.

Traduit librement depuis Trustnodes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *