La Banque des règlements internationaux se distancie des monnaies numériques centralisées

Un nouveau rapport bancaire européen a mis à mal l’efficacité des monnaies numériques des banques centrales (CBDC).

Le rapport, soumis par deux groupes de travail sous les auspices de la Banque des règlements internationaux (BRI) et de la Banque centrale européenne (BCE), met en garde contre l’effet «défavorable» de l’introduction d’une CBDC.

Il préconise également que les banques et autres autorités “continuent leur large surveillance” des monnaies numériques en dehors du contrôle centralisé tels que Bitcoin.

“Toutes les étapes vers le lancement éventuel d’une CBDC devraient faire l’objet d’un examen attentif et approfondi. D’autres recherches sur les effets possibles sur les taux d’intérêt, la structure de l’intermédiation, la stabilité financière et la supervision financière sont justifiées », concluent ses auteurs.

“Les effets sur les mouvements des taux de change et autres prix des actifs restent largement inconnus et méritent également une exploration plus poussée.

Dans des commentaires séparés sur les conclusions du rapport, les dirigeants de la BCE et de la BRI, Benoît Cœuré et Jacqueline Loh, ont déclaré que la monnaie numérique décentralisée, tel que Bitcoin, n’était «pas la réponse à l’économie sans espèces».

L’approche non interventionniste des CBDC élargit encore plus le fossé entre les banques centrales de l’UE et des autres pays sur le concept.

La Russie, le Venezuela, les îles Marshall, le Cambodge, la Turquie et l’Iran émettent à l’inverse ou du moins sympathisent avec le concept de crypto-monnaie publique.

Traduit librement depuis Cointelegraph

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *