Christine Lagarde (FMI) : la Blockchain est un sujet passionnant, mais qui nécessite une régulation internationale

Christine Lagarde, Directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI), a déclaré dans un article publié aujourd’hui que les crypto-marchés doivent être régis par les mêmes lois que celles qui s’appliquent aux marchés traditionnels.

Le message, “Aborder le côté obscur du monde crypto“, commence par vanter les vertus de la technologie Blockchain, qu’elle qualifie d'”avancée passionnante qui pourrait révolutionner les domaines au-delà de la finance.” Mme Lagarde ajoute cependant que les régulateurs doivent “comprendre les dangers qui viennent avec cette promesse. “

Pour ce qui est des règlements à adopter pour protéger les consommateurs sur les marchés crypto, Christine Lagarde écrit qu’il faut “combattre le feu avec le feu”. Elle en donne deux exemples : l’utilisation du Distributed Ledger Technologies (DLT), de la biométrie, de l’intelligence artificielle et de la cryptographie pour identifier plus rapidement les transactions suspectes.

Comme les crypto-monnaies sont décentralisées, anonymes et n’ont pas nécessairement besoin d’une banque centrale, Mme Lagarde associe leur utilisation à une potentielle activité de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. Elle mentionne l’exemple de la place de marché darknet Alphabay, où transitait près d’1Md $ lors de sa fermeture en juillet 2017.

Mme Lagarde écrit également que les crypto-monnaies pourraient menacer la stabilité des marchés financiers traditionnels, et que les réglementations doivent être développées à l’échelle mondiale avec l’aide du FMI:

Aucun pays ne peut gérer seul ce défi […] Comme les crypto-assets ne connaissent pas les frontières, le cadre pour les réguler doit également être global.”

L’objectif de Christine Lagarde est de proposer aux consommateurs la même protection que sur les marchés traditionnels, et elle mentionne plusieurs agences qu’elle considère comme de bons exemples pour mener cette réglementation : le Financial Stability Board (FSB), qui observe l’innovation Fintech et le Financial Action Task Force (FATF) qui lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Le FATF (GAFI en français) prépare actuellement pour le prochain sommet du G20 un rapport sur les moyens de prévenir l’utilisation des crypto-monnaies dans le blanchiment d’argent.

Elle mentionne également la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis et d’autres organismes de réglementation à l’échelle internationale qui commencent à appliquer les lois financières sur les valeurs mobilières sur les ICOs.

Selon Christine Lagarde, la crypto-monnaie  se trouve actuellement “quelque part entre” un effet de mode et une révolution, et seule la coopération mondiale, avec le FMI, peut “exploiter le potentiel des crypto-actifs tout en veillant à ce qu’ils ne deviennent jamais une valeur refuge pour une activité illégale ou une source de vulnérabilité financière. “

Pour elle, la régulation crypto est à la fois inévitable et nécessaire. Cela ne l’empêche pas de penser que les crypto-monnaies pourraient jouer un rôle positif dans les pays où la monnaie est faible.

Librement traduit de Cointelegraph

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *