Selon un étude, moins de 1% des transactions en Bitcoin sont illicites

Un nouveau rapport qui analyse les transactions illicites effectuées sur la blockchain a déterminé que moins de 1% de toutes les transactions en Bitcoin étaient d’origine criminelle.

Elliptic, une société de cybersécurité basée au Royaume-Uni, spécialisée dans la création d’outils pour identifier la criminalité associée aux transactions blockchain, a publié un rapport analysant le marché mondial du Bitcoin en mettant l’accent sur le blanchiment d’argent.

Les résultats trouvent étonnamment que les très médiatisés échanges criminels sont disproportionnellement faibles, représentant moins de 1% de toutes les transactions en Bitcoin. Un autre fait surprenant découvert dans le rapport était que les transactions illicites en Bitcoin étaient, de nouveau faites de manière disproportionnée, en Europe.

Le Rapport

Le document de recherche identifie la fraction de toutes les transactions qui consistent en des paiements illicites, soulignant comment le chiffre est tombé d’un peu plus de 1% en 2013:

Selon notre étude, le pourcentage total de «Bitcoins sales» identifiés dans les services de conversion étaient relativement faibles. Seulement 0,61% de l’argent entrant dans les services de conversion au cours des quatre années analysées provenait de sources illicites, la plus forte proportion (1,07%) ayant été observée en 2013.

En ce qui concerne la distribution mondiale des transactions illicites, il a été constaté que même si seulement un quart du total des transactions était effectué en Europe, elles représentaient un pourcentage beaucoup plus élevé d’activités illicites:

Environ un quart de toutes les transactions entrantes ont été effectuées en Europe entre 2015 et 2016, mais respectivement, 38% et 57% de toutes les transactions illicites ont été effectuées par des réseaux européens au cours de ces années. Ainsi, l’Europe a accueilli une quantité disproportionnée d’activités illicites.

Les Résultats

Les résultats du rapport sont certains d’améliorer la réputation du Bitcoin, au moins en termes de faits réels. Les termes de la façon dont l’argent illicite peut être mesuré peuvent être ambigus, cependant, après la myriade d’attaques de rançongiciels Bitcoin, tels que Wannacry, faisant la une des journaux, il existe des canaux de transactions illicites qui peuvent être suivis.

L’identification du blanchiment d’argent et des crimes associés au financement du terrorisme sera certainement un point de mire pour les enquêteurs, mais les preuves présentées dans le rapport d’Elliptic suggèrent que la criminalité du Bitcoin semble avoir été exagérée.

Traduit librement depuis bitcoinist.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *