La France propose un débat sur la régulation des crypto-monnaies pour le sommet du G20

Les derniers mois ont été remplis de déclarations de régulateurs financiers mettant en garde contre les risques potentiels associés au commerce et à l’investissement dans la crypto-monnaie. Or, selon des rapports récents, le ministre français des Finances estime que la régulation des monnaies numériques est requise au niveau du G20.

BRUNO LE MAIRE SOUMETTRA LA PROPOSITION AU FUTUR PRÉSIDENT DU G20

Selon Reuters, Bruno Le Maire souhaite discuter des efforts visant à réglementer le bitcoin et les autres monnaies numériques lors du prochain sommet du G20, qui aura lieu en avril 2018 :

Je vais proposer au prochain président du G20, l’Argentine, que lors du sommet du G20 d’avril, nous discutions de la question du bitcoin. (…) Il y a évidemment un risque de spéculation. Nous devons examiner cela et voir comment (…) avec tous les autres membres du G20 nous pouvons réglementer le bitcoin.

Des rapports récents indiquent également que le ministère allemand des Finances est du même avis, car le ministère estime qu’il serait logique de discuter à la fois des risques spéculatifs associés aux monnaies numériques et de leur impact potentiel sur le système financier, aux niveaux national et international. .

Il est important de souligner qu’il n’y a pas longtemps, les pays membres de l’Union européenne sont parvenus à un accord sur la mise en œuvre de réglementations plus strictes pour les fournisseurs et les échanges de portefeuilles. Ces mesures visaient à limiter davantage l’anonymat associé aux transactions bitcoin, en raison de leur potentiel de faciliter le blanchiment d’argent et le financement illégal.

En outre, il n’y a pas longtemps, plusieurs pays se sont mis d’accord sur des propositions visant à superviser davantage les activités des échanges de devises numériques opérant sur leur territoire.

Les membres de la communauté cryptographique estiment qu’un certain niveau de réglementation ne nuirait pas au secteur, car les échanges suivront des protocoles plus stricts et seront plus attentifs à leurs actifs. Cependant, une réglementation stricte qui affecterait directement les utilisateurs généraux reste non désirée pour le moment.

Librement traduit depuis TheMerkle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *