Le potentiel de la blockchain pour l'aide humanitaire

L’un des développements les plus importants et les plus intéressants de ces dernières semaines est la capacité de transférer l’aide humanitaire vers la blockchain. Hack the Future of Development Aid est une organisation qui tente d’offrir des droits aux pauvres et d’accélérer les transferts d’aide. Trois institutions mènent l’effort ; le ministère des Affaires étrangères au Danemark, l’échange de crypto-monnaie Coinify et un groupe de réflexion appelé Sustainia.

Défaire l’enchevêtrement des intermédiaires

Le Danemark a également déclaré son premier ambassadeur technologique pour faire face aux nouveaux développements du système financier et de la technologie. Actuellement, le Kenya, le Nigeria, le Ghana et l’Afrique du Sud ont tous des écosystèmes de crypto-monnaie qui travaillent à changer l’argent tel que nous le connaissons, ainsi qu’à transférer les droits des citoyens sur la blockchain. Ces pays excluent les banques des transferts monétaires, et les fonds sont donc de plus en plus disponibles pour les pays en développement.

En particulier, l’étude cherche à utiliser Sustainia pour développer de nouvelles solutions aux problèmes en utilisant la technologie blockchain. Leurs espoirs sont élevés car ils cherchent à combattre la corruption dans les transferts monétaires qui se déversent dans les pays les plus pauvres. Ce contournement des problèmes traditionnels avec les monnaies papier est considéré comme un “hack” de l’ancien système. Le Danemark utilisera ces hacks pour mieux transférer l’aide étrangère aux pays qui en ont le plus besoin.

Les paiements sur la blockchain seront plus faciles à suivre et à garder hors des mauvaises mains grâce à une transparence totale. En Inde, par exemple, les pots-de-vin liés aux registres fonciers atteignent un montant stupéfiant de 700 millions de dollars et, avec ce système, ces incitations peuvent être considérablement réduites.

La séquence de hacks spécifiée dans l’étude est la suivante ; innover (l’aide) avec de la crypto-monnaie, transformer les droits en code sur la blockchain, financer des programmes d’aide et des accords, et modifier le modèle d’aide en général.

Cette technologie affectera non seulement les transferts d’aide mais aussi une multitude d’autres secteurs. Ceux-ci comprennent le vote sécurisé, le bien-être, la collecte des impôts, l’enregistrement des entreprises, les fonds de capital-risque, l’accès à l’énergie, et plus encore. Cette blockchain essaie activement de résoudre les problèmes les plus étendus et les plus répandus grâce à la puissance du réseau mondial sécurisé avec la cryptographie avancée.

Les objectifs déclarés résident dans l’idée que le monde devrait être et sera décentralisé; il indique explicitement que le projet est “anti-état”.

Hack the Future cherche à redistribuer le pouvoir des bureaucraties centralisées dans les pays corrompus. À partir de là, les fonds peuvent être envoyés directement aux nécéssiteux. Ce travail sur la Blockchain peut potentiellement créer une économie peer-to-peer pour ceux qui ne peuvent pas aller de l’avant en raison de problèmes d’intrusion gouvernementale massive.

Non seulement cela, mais les données des citoyens, qui sont actuellement volées et récoltées par les gouvernements, seront stockées en toute sécurité dans leurs propres mains et transférées en toute sécurité uniquement aux endroits qu’ils choisissent. Ce projet tente véritablement de réaliser l’utopie dont rêvent les masses.

Librement traduit depuis btcmanager.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *