Les développeurs de Monero ont pour objectif de réduire la taille des transactions de 80% ou plus

Ne pas innover dans le monde de la cryptomonnaie mène éventuellement à une disparition soudaine. C’est pourquoi les développeurs de Monero travaillent sur une nouvelle solution afin de réduire la taille des blocks de transactions du réseau. Si le développement est couronné de succès, les taille des blocks de transactions seront réduit de 80%.
L’objectif est de mettre en place cette évolution pour septembre 2018 au plus tard, bien que cette date puisse éventuellement changer.
Dans le monde de la crypto-monnaie, très peu de gens se demandent réellement quelle est la taille de leurs transactions individuelles sur le réseau. La réponse surprendrait beaucoup de personnes, comme on pourrait penser, à tord, qu’il n’y a pas beaucoup de données impliquées dans une transaction sur une blockchain.
En fait, la réalité est très différente. C’est particulièrement le cas sur le Monero, où l’anonymat et la confidentialité offerts par le réseau se font au détriment de la taille des transactions qui est plus importante.
Pour mettre cela en perspective, une seule transaction sortante sur la blockchain de Monero est de 6 kilo-octets. Cela peut ne pas sembler beaucoup, mais il faut garder à l’esprit que la taille moyenne des transactions Bitcoin est d’environ 250 octets, pour recevoir ou envoyer. Cela signifie la taille de chaque transaction effectuée en XMR est 20 fois supérieure à celle d’un transfert en Bitcoin. Dans une perspective sur le long-terme, cette grande différence de taille n’est pas gérable et quelque chose devra changer tôt ou tard.
S’il est vrai que l’écosystème Monero a une taille de bloc dynamique pour s’assurer que cela ne devienne pas un gros problème si tôt, les développeurs cherchent activement des moyens d’améliorer les choses avant que la situation ne devienne incontrôlable.
La nouvelle solution porte le nom de multi-output bulletproofs. C’est une solution actuellement étudiée et développée par le Monero Research Lab, et elle existe actuellement dans une version en Java. Il y aura aussi une version C++ mais elle ne prendra en charge que les transactions BulletProof à sortie unique.
Ce qui rend le concept si intéressant, c’est qu’il peut effectivement réduire la taille d’une seule transaction de sortie à 704 octets. Comparé aux 6 kilo-octets actuels, cela représente une réduction de plus de 80%. Pour les transactions à double sortie, la taille serait réduite de 12 kilo-octets à moins de 800 octets. Personne ne peut nier que cela rendrait certainement les choses beaucoup plus pratiques pour tous les utilisateurs de Monero, car la taille massive des transactions actuelles entravera la croissance de cet écosystème.
Quand exactement cette implémentation BulletProof sera ajouté à Monero reste à voir mais pour l’instant, il est provisoirement prévu pour le hard-fork de septembre 2018, mais l’équipe veut s’assurer que le concept passe d’abord par des tests rigoureux. Il ne sert à rien de sortir une solution à moitié fini, surtout quand elle est vitale pour l’écosystème Monero.
Il y a d’autres news excitantes à rapporter dans le monde du Monero. La mise en œuvre des portefeuilles multisignatures de Monero est encore en cours de test et Surae Noether est en train d’examiner cette technologie en ce moment même. Des guides ont déjà été fait sur la création de comptes multisignatures Monero à 2 clés nécessaires sur 2 et 2 clés nécessaires sur 3 mais il serait bon de voir les résultats des avis des pairs. Ce sera une année intéressante pour Monero en 2018, car beaucoup de fonctionnalités intéressantes et de projets seront finalisés dans les douze prochains mois.
Traduit depuis TheMerkle
Source : https://themerkle.com
 

This entry was posted in News and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *